17 juin 2013

Merci les abeilles !


je n'ai pressé que la partie haute, la partie basse était pleine de larves




Happy Apiculteur 
Happy Ruben qui a quelques jours de son anniversaire
voit une plaque de miel tomber du ciel !
Des abeilles ont élu domicile sous un coin du toit et hier en sortant étendre du linge
j'ai remarqué une plaque qui se détachait
Tel l'ourson affamé  j'ai courru la saisir me faisant un peu pîquer au passage
Quelques heures après, Ruben dégustait sa première tartine avec son miel "Mister Wood" comme l'a nommé Riwah ;-)


J'adore les abeilles, j'aime les observer et comprendre un peu mieux le fonctionnement d'une ruche
Et pour s'instruire sur le sujet en écoutant un homme passionnant je vous conseille de podcaster
"Sur les épaules de Darwin" sur Inter. Je suis fan de cette émission, j'ai l'impression d'être plus intelligente en l'écoutant (c'est con ça ne dure qu'une heure !) Cet hiver je crois Jean-Claude Ameisen avait consacré  3 ou 4 émissions aux merveilleuses abeilles sans qui mon potager et mes fruitiers ne me donneraient rien et sans qui nous serions obligés de nous nourrir de petites pillules OGMonsanto...

Notre dépendance étroite aux abeilles est très bien expliquée dans le film "Des abeilles et des Hommes" de Markus Imhoof 

" Entre 50 et 90% des abeilles ont disparu depuis quinze ans. Cette épidémie, d’une violence et d’une ampleur phénoménale, est en train de se propager de ruche en ruche sur toute la planète. Partout, le même scénario : par milliards, les abeilles quittent leurs ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible. Arrivée sur Terre 60 millions d’années avant l’homme, l’Apis mellifera (l’abeille à miel) est aussi indispensable à notre économie qu’à notre survie. Aujourd’hui, nous avons tous de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, pas de pollinisation, donc pratiquement plus de fruits, ni légumes. Il y a soixante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l’homme : « Si l’abeille disparaissait du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre."

Je l'avais déjà donné ici le lien de Sauvons les abeilles (il y a d'autres associations qui s'occupent de la même cause et Greenpeace aussi) : Sauvons les abeilles pour continuer à mettre du miel et de la vie sur nos tartines ;-)