2 oct. 2013

L'avoir et le néant



Woddy aime filmer les femmes de la 5e avenue entre rendez-vous shopping, soirées et galas à organiser et corps à affiner pour rentrer dans la it-dress. 
Dans "Alice",  Mia Farrow s'ennuyait ferme dans son immense appartement et somatisait. Elle prenait des mélanges de plantes d'un médecin chinois et devenait invisible pouvant ainsi surprendre les conversations de son mari, ses magouilles, ses infidélités... 
Dans "Jasmine Blue", Cate Blanchett adore sa vie qui brille autant que ses parures de diamants et ne voit pas ce qui se joue dans son dos. "Elle est douée pour ne pas voir", dit d'elle sa soeur. Jasmine ne voit donc pas son mari qui s'envoie en l'air avec la moitié de ses copines et qu'il escroque tout le monde. Jusqu'au jour où son monde doré s'écroule ruiné par un mari aux accents de Madoff.
Jasmine ne le supporte pas.
Pour se reconstruire, elle part vivre chez sa soeur à San Fransisco. Une soeur qu'elle a longtemps rejeté car si "différente" d'elle, si inférieure... Une soeur au large sourire et au bon coeur, caissière dans un supermarché. Une soeur "qui a hérité des mauvais gênes" et qui refait sa vie avec "un brave type" qui dégoûte Jasmine.
En  1990, Alice / Mia Farrow  sortait de son néant en changeant de vie pour suivre son modèle Mère Thérésa et consacrer sa vie à une cause et à ses enfants...
En 2013, Jasmine/ Cate Blanchett s'enfonce dans son néant comme les olives dans ses martinis qu'elle boit à longueur de journée. Tout sonne faux dans ses tentatives de "rehabe" sociale. Sans argent ni statut, elle n'est rien. 

Woody est aussi drôle que noir. Cate Blanchett aussi superbe que désepérée, portant le rôle avec le charisme, la classe d'une Gena Rowlands. 

Un film sans concession sur une époque sans morale,
Sans issue ?


ps : sur IG j'appelle ça #critiqueentoc le but étant avant tout d'écrire les émotions ressenties, de partager des sentiments pas de faire une critique de film. Ces petits textes sans prétention  font partie du plaisir que je prends encore à alimenter ce blog.

8 commentaires:

  1. Très envie de le voir! Et toi, c'est quand que postules au Masque et la Plume???!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je te trouve toujours très douée pour faire la critique d'un film.
    Tu me donnerais l'envie d'aller au cinéma ( le prix est un frein mais surtout le sans- gêne des gens qui parlent ou utilisent leurs portables en est un autre)
    Merci donc Madame 😜

    RépondreSupprimer
  3. J'irais bien le voir, mais j'ai un petit greffon accroché à moi en ce moment... dur de caser une séance ciné le soir... Ah damned !!! Et merci de continuer tes critiques sans prétention mais toujours fines et qui donnent bien envie !

    RépondreSupprimer
  4. J'hésite à aller le voir... Depuis quelques années je ne vais plus voir ses films. Trop décevants. Comment voir un "To Rome with Love" ou "Minuit à Paris" quand on a en tête que c'est la réalisateur de films comme "Interiors", "Hannah et ses sœurs" ou encore "Alice" justement ?!
    On peut voir ça comme des petits films sympas mais pas comme des chefs d’œuvre ! Et c'est décevant et triste (pour moi) de voir Woody prendre ce virage, dans une carrière qui était si belle...
    Bizzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais y aller, ce film peut te réconcilier avec Woody !

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup tes critiques qui sont très bien écrites, au contraire ! pas toc du tout ! :-)
    Je manque de temps et de liberté pour suivre tes avis cependant... mais je le regrette !

    RépondreSupprimer
  6. Forcement j en ai parle en aout... parce qu ici , forcement on a vu ce formidable Woody a SF ...qui manie aussi une vison de SF sans paillettes, et utilise son fog pour enlever la carte postale du film. Un jour qui sait je pourrais t emmener , sur les pas de Cate ...j en serai si heureuse.
    Emma from San Francisco

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.