26 juin 2012

L'enfant et la rivière

 





"Car, tournant le dos au rivage, je ne voyais plus devant moi que la rivière. Elle glissait. Plus loin, en aval, l'île, prise dans les premiers rayons du jour, commençait à sortir des brumes matinales. Peupliers, ormes et bouleaux formaient une masse confuse d'où peu à peu se détachaient de grands pans de feuillages qui prenaient la lumière. A la pointe, un roc bleu émergeait au-dessus de l'eau, qu'il brisait avec violence. Et l'eau bouillonnait de colère. Mais la rive de l'île était si rose et, sous une légère brise, il en venait de tels parfums d'arbres, de plantes et de fleurs sauvages, que j'étais saisi d'émerveillement. De nouveau, comme l'autre soir, entre les arbres monta la fumée.
"C'est Bargabot qui fait du feu, pensai-je, il a dû pêcher cette nuit" ... Que n'étais-je dans l'île? J'en rêvais...
La barque restait immobile. Pas un courant visible n'atteignait ce petit havre où je me sentais à l'abri. Je pouvais m'y abandonner à la contemplation des eaux glissantes et silencieuses dont le mouvement me fascinait..."


Henri Bosco
L'enfant et la rivière - L'île - 


Hier en observant Ruben jouer sur son île, je me suis souvenue de ce livre, de mon émotion d'enfant à sa lecture. Et ça m'a rempli de joie.

13 commentaires:

  1. je me souviens parfaitement avoir du le lire pour le collège
    mais c'était le temps où les mots ne me parlaient pas,
    tu me donnes envie d'y replonger avec le plaisir cette fois !

    RépondreSupprimer
  2. Comme Anne: je l'ai lu, en primaire je crois, sans qu'il m'ait marqué, et je crois l'avoir passé à Louis il y a peu de temps. Je vais le rouvrir!

    RépondreSupprimer
  3. Ah j'ai ressorti mes livres d'enfance...et je suis retombée sur beaucoup de classiques que j'ai envie de relire!
    Contrairement aux filles, les livres m'ont toujours beaucoup parlé, le grand Meaulnes, les Giono, rhaaa et plein plein d'autres;)

    RépondreSupprimer
  4. je me souviens aussi de la lecture de ce texte, petite.

    RépondreSupprimer
  5. Lu et adoré en CM1, je me souviens du dessin que j'avais fait pour l'illustrer, l'île, les traces de pas, le courant de l'eau.
    Il est beau ton enfant de la rivière !

    RépondreSupprimer
  6. Ah moi aussi, j'avais aimé... Et à la même époque, j'avais pris une énorme claque en lisant Sa majesté des mouches !

    RépondreSupprimer
  7. Ce livre m'avait fait rêver. Mon père me l'avait lu, en primaire aussi je crois. Souvenir aussi fort que celui de la lecture du Grand Meaulnes.

    RépondreSupprimer
  8. tiens, moi aussi j'avais fait des dessins pour l'illustrer, ce beau livre... et je le relirai bien... De belles rivières par chez toi, on va tenter de retourner dans le Morvan cet été pour plonger (les pieds) dans les eaux fraîches...

    RépondreSupprimer
  9. Je crois que je vais le suggérer à Alice! Tes photos sont si fraiches! J'ai juste envie de mettre mes orteils dans l'eau, là maintenant!

    RépondreSupprimer
  10. Magnifique livre.
    Camille va mieux, merci.
    Des bises à tous.

    RépondreSupprimer
  11. oh là là!
    un mini-Mister Wood!!!
    et le gros orteil qui s'accroche au caillou, magnifique!

    (et ce livre de Bosco, il faudrait que j'y revienne, il m'a plutôt laissé une impression, je dirais… de vase!)

    RépondreSupprimer
  12. Je me souviens avoir lu ce livre en primaire.
    Et ton billet est très beau, il me replonge en enfance.

    RépondreSupprimer
  13. ah il est heureux Pascalet ! un de mes livres favoris de petite fille que j'ai donné à ma grande cette année.

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.