20 janv. 2012

Le jour des pêches




Je pourrais décrire exactement ce qu’il y avait sur la table de la cuisine. Les pêches pelées, le lait et la crème sortis, le bruit de la sorbetière. Il faisait très chaud et j’ébouillantais des pêches à la peau douce  et rose pour faire le célèbre dessert de monsieur Escoffier. Tu jouais sur le coffre à bois avec tes marionnettes. Tu te racontais une histoire avec les chèvres et le loup. Je te parlais des amandes effilées  qui viendraient décorer nos coupes de glace.
Une heure après,  si un visiteur était entré dans la maison, il aurait trouvé cette table en désordre. Le lait et la crème abandonnés, la sorbetière arrêtée et les pêches à moitié pelées dans un saladier.
Entre temps, il y a eu le médecin, l’appel aux urgences, le doudou pris à la volée et l’arrivée dans cette chaude nuit d’été dans une chambre d’hôpital. 4e étage, chambre mèrenfant.
Dans la voiture à vive allure, j’espèrais que j'avais arrêté le feu sous la casserole.
Tout est allé si vite. Ces petites tâches rouge sur ton corps qui ne partaient pas depuis quelques jours. Ces tous petits points qui m’inquiétaient. Purpura ça rime avec Melba, ça nous a fait rire pendant ta prise de sang. Les médecins, eux, ne riaient pas.
Tu dors maintenant.
Tu dors et je regarde tes joues roses et douces comme des pêches. Tu dors et je pleure enfin. Les mots du médecin au visage fermé tournent dans ma tête. C’est grave, rare et mortel. Les trois Parques se sont invitées toutes seules au dessert, ces salopes.
Dors mon petit, cette nuit, je convoquerais la mémoire des morts et des vivants, la force des mères depuis la nuit des temps. J’irais, j’avancerais pas à pas  et je sentirais leurs bras  me porter les jours de fatigue et de découragement.
Cette nuit de juillet, je parle aux étoiles et à Dieu, je crie ma colère. Je crie et aucun son ne sort.  Maintenant je sais, je comprends, « le sol qui s’ouvre sous vos pieds » ... Mais je ne tomberais pas mon ange, on restera à la surface coûte que coûte, on apprendra l’art de la joie.
Dors mon petit, mon bébé aux joues  de pêches. Je connais non loin d’ici un village avec une résurgence. Une rivière souterraine qui jaillit  en gros bouillon. Tu verras, la maladie on fera avec, elle sera là, souterraine,  silencieuse, mais n’empêchera pas la vie de jaillir. Il suffira de tendre l’oreille, d’écouter d’où vient le bruit de l’eau vive.
Je t’écoute respirer, comme quand tu étais un tout petit bébé. J’écoute ton souffle et j’entends des notes de violoncelle au  loin, les fenêtres de la chambre mèrenfant ouvertes.  Les notes m’enveloppent. Je t’apprendrais ça, le pouvoir de l’Art pour vous transporter loin de la douleur et du froid, de la solitude et les Parques.
Tu dors et j’embrasse doucement tes joues. Je leur donne l’ordre d’être toujours chaudes et douces. Cette nuit, j’ai basculé dans le pays des vieilles folles qui courent la lande avec leurs cheveux au vent et qui écoutent  siffler le vent. Celles qui, pour tout remède, marmonnent des formules magiques et invoquent les esprits.  Mon remède sera la joie. Mon remède sera l’amour.


Edit :  ça fait 3 ans que Marius vit avec un foie réparé. Le 20 janvier est dans notre famille le jour de la Gratitude. 


39 commentaires:

  1. Belle et douce journée de gratitude à vous quatre. Love, love, love.

    RépondreSupprimer
  2. Emouvant... Des giga biga love lOve lOVE!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Murielle, tu es douée pour décrire toutes ces sensations, tous ces sentiments qui nous animent dans ces moments si difficiles. Eliott a eu de gros soucis de santé à la naissance, et quand j'y repense, ce sont des images étonnantes qui me restent (comme le jus d'abricot que j'ai bu avant d'aller le voir pour la première fois aux soins intensifs). Merci pour tous ces mots Murielle. Plein de bises.

    RépondreSupprimer
  4. loués soient les foies en état de marche et les mères un peu folles cheveux au vent ! :-)
    c'est votre Thanksgiving à vous.

    RépondreSupprimer
  5. Belle journée! (Et quel texte magnifique!!!)

    RépondreSupprimer
  6. Quelle plume Murielle ! Il y a des moments qui restent gravés dans leurs plus petits détails, un avant, un après... mais l'après est joyeux désormais pour vous !
    Je vous embrasse tous !

    RépondreSupprimer
  7. pfffffffff! c'est tellement fort!!!!!!!!!
    vive la vie :-)

    RépondreSupprimer
  8. Ouf!
    Je me demandais pourquoi tu me montrais des pêches hors saison....
    Tu as bien fait de l'écrire, il faut que ça sorte...

    RépondreSupprimer
  9. le 20 janvier est décidément un jour pas comme les autres,
    voilà pourquoi j'aime janvier, contrairement à beaucoup
    alors, nous sommes au moins deux ;-)

    RépondreSupprimer
  10. tes mots me prennent aux tripes mu': on y sent tout l'amour maternel, sa force et sa puissance pour sauver l'enfant chéri.
    j'aime l'idée que le 20 janvier soit la fête de la gratitude en souvenir de ce jour heureux.

    RépondreSupprimer
  11. Que c'est beau...

    Et puis tu vois, maintenant c'est lui qui te dit de prendre soin de toi... ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Quel beau texte de femme, de mère, de lo(u)ve!!!

    RépondreSupprimer
  13. J'aime le 20 Janvier pour les mêmes raisons que Dame BlaBla, et bien dans mon coeur de maman, je fêterai doublement cette journée.
    Bises
    Sofinet

    RépondreSupprimer
  14. pffff quelle force... ce texte est tres beau.

    RépondreSupprimer
  15. Une de mes meilleures amies vient de m'annoncer que sa fille (5 ans) a un purpura... je ne savais même pas ce que c'était !
    De grosses bises à vous !

    RépondreSupprimer
  16. Quelle souffle dans tes mots, ça remue mon coeur de mère et de vieille folle
    je dis merci avec toi

    RépondreSupprimer
  17. c'est beau,ça prend aux tripes, tendres pensées à vous et votre petit Marius !

    RépondreSupprimer
  18. Ton texte insuffle l'espoir. Merci.

    RépondreSupprimer
  19. un texte émouvant pour un passé éprouvant... Joyeux 20 janvier. Bises à vous 4.

    RépondreSupprimer
  20. quel texte, quel mot...je ne peux pas m'empecher de penser a Notre Suzette internationale...mais aussi quelle victoire !!! Je vous souhaite a toute la famille plein de bonheurs !!!

    RépondreSupprimer
  21. Quelle force! je suis sans voix... et je vote pour le jour de la Gratitude!

    RépondreSupprimer
  22. A mes yeux ton plus beau billet :-)
    Merci de nous raconter.
    Et un énoooorme baiser à Marius (sur ses joues de pêche)!

    RépondreSupprimer
  23. Quel magnifique texte ! Quelle force !

    RépondreSupprimer
  24. Vive la vie !!!
    très touchant...

    RépondreSupprimer
  25. il est vraiment très beau ce texte Murielle.

    RépondreSupprimer
  26. Ton texte est magnifique et je suis très émue, alors merci car il m'a donné l'image parfaite de l'espoir

    RépondreSupprimer
  27. Ohhhhhh tes mots...
    Nos combats
    Nos enfants
    Nos heros
    Nos amours....
    for ever
    Emma from SF

    RépondreSupprimer
  28. Ce texte raisonne dans le coeur de toutes les mères du monde. Belle journée!

    RépondreSupprimer
  29. Je suis envahie par l'émotion, votre texte est magnifique.
    Excellent 20 janvier, jour d'une re-naissance.
    jacqueline

    RépondreSupprimer
  30. je reviens, je suis d'accord avec agathe, un de tes plus beaux textes...

    RépondreSupprimer
  31. J'en ai le souffle coupe! Quel récit! quelle victoire! Formidable vieille folle va!

    RépondreSupprimer
  32. C'est la première fois (je pense) depuis que je suis ce blog de plus en plus régulièrement que je laisse un commentaire... Tout simplement parce que j'ai aimé lire ce récit et qu'il m'a émue ! :)

    RépondreSupprimer
  33. Oui tu as raison de l'amour et de l'énergie, des projets et de la confiance. Ton texte est très très beau.

    RépondreSupprimer
  34. quels mots Murielle, quelle force... <3

    RépondreSupprimer
  35. J'ai pas de mots ...
    simplement des larmes au coin des yeux ...

    RépondreSupprimer
  36. fabuleux texte, fabuleux mots, pour une fabuleuse mère

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.