23 nov. 2011

Marguerite for ever


Marguerite Duras par Richard Avedon


Ce matin, j'ai entendu la voix de Marguerite qui disait :
"Il n’y aura plus que ça, la demande sera telle que… il n’y aura plus que des réponses, tous les textes seront des réponses en somme. Je crois que l’homme sera littéralement noyé dans l’information, dans une information constante. Sur son corps, sur son devenir corporel, sur sa santé, sur sa vie familiale, sur son salaire, sur son loisir. C’est pas loin du cauchemar. Il n’y aura plus personne pour lire. Ils verront de la télévision, on aura des postes partout, dans la cuisine, dans les water closets, dans les bureaux, dans les rues… Où sera-t-on ? Tandis qu’on regarde la télévision où est-on ? On n’est pas seul. On ne voyagera plus, ce ne sera plus la peine de voyager. Quand on peut faire le tour du Monde en huit jours ou quinze jours, pourquoi le faire ? Dans le voyage il y a le temps du voyage. C’est pas voir vite, c’est voir et vivre en même temps. Vivre du voyage ; ça ne sera plus possible. Tout sera bouché. Tout sera investi.
Il restera la mer quand même. Les océans. Et puis la lecture. Les gens vont redécouvrir ça. Un homme un jour il lira. Tout recommencera. On repassera par la gratuité. C’est à dire que les réponses à ce moment-là, elles seront moins écoutées. Ça commencera comme ça, par une indiscipline, un risque pris par l’homme envers lui-même. Un jour il sera seul de nouveau avec son malheur, et son bonheur, mais qui lui viendront de lui-même.
Peut-être que ceux qui se tireront de ce pas seront les héros de l’avenir, c’est très possible. Espérons qu’il y en aura encore.
Je me souviens avoir lu dans un… le livre d’un auteur allemand de l’Entre-deux-guerres, je me souviens du titre, Le dernier civil, de Ernst Glaeser, ça, j’avais lu ça, que lorsque la liberté aurait déserté le monde, il resterait toujours un homme pour en rêver.
Je crois… Je crois que c’est déjà commencé même."
Ce matin je me suis souvenue que pour moi, il y a encore six mois, le triple A c'était le nom de l'andouillette que je mettais dans mes galettes.
J'ai éteint la voix de Copé qui crisait bien trop fort 
J'ai pensé à ceux qui prennent des risques, des vrais, pour leur liberté
Je me suis dit que décidemement je détestais novembre
J'ai regardé le soleil rose se lever et je me suis dit 
qu'il fallait que je commence 2012 sur une plage.  


Marguerite Duras, à propos de l’an 2000. 25 septembre 1985. Document INA. à voir ici sur le site de l'INA : http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/grandes-dates/video/I04275518/marguerite-duras-a-propos-de-l-an-2000.fr.html


22 commentaires:

  1. C'est beau!
    J'aime trop lire, ils aiment trop lire, c'est juste pas posssible ça!

    RépondreSupprimer
  2. vivre sans lire? impossible!!!
    et ne plus voyager à cause de l'image? impossible aussi, ce n'est plus voyager.
    mais vivre sans info ça ça me parait davantage possible même si la société pousse à consommer de l'info.....

    RépondreSupprimer
  3. une vie sans lecture, pas chez nous en tout cas...
    elle est extra cette photo, je ne l'avais jamais vue !

    RépondreSupprimer
  4. Oui, cette photo est vraiment marrante, je ne la connaissais pas non plus! Merci pour les mots et pour la photo!
    Autour de 20 ans j'ai eu une grande passion pour Duras, j'ai tout dévoré... Et je l'aime toujours, tiens!

    RépondreSupprimer
  5. merci pour ce texte ; je reviendrai le lire demain matin, car il est dense et profond. et c'est dit en 1985, c'est visionnaire ça ! une société de réponses, ça me semble tellement vrai quand on y pense...

    RépondreSupprimer
  6. Quel texte, quelle vision! Moi aussi je déteste novembre, tu vas sur quelle plage? j'étalerai juste ma serviette à coté de la tienne et je regarderai les vagues et écouterai leur chant et forcément on se reconnaîtra...

    RépondreSupprimer
  7. C'est mon cadeau de Noël : Duras à La Pléiade.
    Ici il n'y a que des lecteurs de livres de papier.
    Tu peux commander sur le site de l'école des Loisirs le petit livre gratuit : Lire est le propre de l'homme.
    "Il faut donner des livres aux enfants pour leur faire prendre conscience de tout ce qui les contraint,pour alléger leurs souffrances, pour les faire rire, pour les faire rire, pour les faire rêver, pour les aider à penser, pour les rendre libres, les délivrer..."Brigitte Smadja

    RépondreSupprimer
  8. C'est aussi parce qu'il y a novembre, coppé, le triple A et la surinformation qu'onpeut toucher du doigts nos essentiels. La plage, la liberté, lire, la vie...
    ( bon, c'est sûr, il n'y aurait que novembre, ça suffirait amplement)

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour le partage des mots clairvoyants de Marguerite, et merci à toi Mu !
    Pourquoi n'habite t'on pas plus près ???

    RépondreSupprimer
  10. ...je vais m'attirer les foudres de certains...
    Ce texte est emuovant mais pourtant je ne peux m'empecher que la modernite ce n'est pas tout tout noir...
    car si pas d'ecrans, pas de claviers, pas d ouverture sur le monde, pas de revolutions pour certains, pas d'echanges et pas ...de blogo qui rapproche...

    love
    Emma from SF

    RépondreSupprimer
  11. elle etait incroyable cette femme tout de meme !

    RépondreSupprimer
  12. Je suis d'accord! C'est déjà commencé!
    Hélo vient de lire "A l'Ouest rien de nouveau" pour l'école et en a été si bouleversée qu'elle me l'a demandé pour Noël!

    RépondreSupprimer
  13. je le prends, ce risque !
    Merci Mu pour ce texte... et cette photo, je l'aime cette photo !

    RépondreSupprimer
  14. Elle est incroyable cette femme... et la photo d'Avedon reflète parfaitement ce qu'elle pouvait être...

    RépondreSupprimer
  15. c'est incroyable de lire ca la...et sa bouille sur la photo j'adore...OUNE GENIE!

    RépondreSupprimer
  16. Quelle femme formidable, Bravo pour ce texte et cette photo si bellle ! Belle journée ! Il faut venir à Marseille, hier c'était l'été je finissais "la storia" sur la plage, quel bien fou, déconnectée de tout ! Françoise

    RépondreSupprimer
  17. oh ce texte est tellement beau! merci! moi aussi, je suis adepte de noel/nouvel an à la plage...

    RépondreSupprimer
  18. Si vrai ... Faut que je te retrouve le lien d'une video de Man Ray qui dans un genre difdferent etait aussi très perspicace sur notre vie de fada actuelle

    RépondreSupprimer
  19. Une vie sans lecture... une vie sans rêve...
    Et pourtant, je pense comme Emma, tout n'est pas noir dans la modernité, même s'il faut veiller à ce qu'elle ne nous coupe pas du rêve justement et qu'elle reste un outil...
    Un outil pour donner vie à nos rêves...
    (Une andouillette AAA y'a que ça de vrai finalement !)

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.