14 oct. 2011

Face B



"Je m'appelle M, j'ai 11 ans et j'ai peur. De quoi ? Je ne sais pas. De tout et de rien. De rien et de tout. C'est une mauvaise chose que d'avoir peur. La peur, elle nous envahit, elle nous ronge, nous dévore peu à peu. J'ai peur du soir, de la nuit, d'être seul. La peur nous couvre de son aile noire. Elle nous avale. On ne voit plus rien, on ne sait plus rien. Le soir, j'entends des bruits. Mes parents ? Ou pas ? 
La peur nous emprisonne dans notre tête. Et moi je lutte contre elle, désespérément je résiste. C'est la seule façon d'arriver à la repousser. Alors elle me relâche, très lentement ou très brusquement elle finit par me relâcher. Toujours."
Dans mon sac à main ce soir, ce papier plié en 4. 

Et si la chance pour vivre avec sa face B, c'était de pouvoir l'écrire, la chanter, la filmer, la peindre, la modeler, la danser... ?


23 commentaires:

  1. Tatiana avait aussi des peurs terribles...aujourd'hui c'est fini, mais elle s'en souvient très bien.
    Bon courage Marius, tu peux faire appel à Saint-Michel, cet archange qui donne de la force et du courage.
    Bacci..a domani.

    RépondreSupprimer
  2. Mais oui, quelle chance énorme que de pouvoir dire/écrire/peindre...bref sortir les choses!
    Et quelle chance de pouvoir confier cela à sa maman.
    Quelle chance pour toi Mu d'avoir un fiston pareil! Pas facile à suivre, pas forcément dans les clous, mais tellement fort déjà. Il y a des gens qui finissent leurs jours sans avoir découvert leurs peurs. Et encore moins comment les dépasser.

    RépondreSupprimer
  3. Quelle maturité... Oui, c'est formidable cette confiance qu'il a en toi, formidable qu'il ait déjà cette lucidité et ce courage, et formidable qu'il réussisse à verbaliser, qu'il ose exprimer ce qu'il ressent. Je crois qu'il part avec de bonnes billes en main, ton Marius... à cultiver ! (oui, oui, tout à fait, cultiver des billes).

    RépondreSupprimer
  4. Et bien moi, je ne trouve pas les mots pour dire tout ce que ses mots à lui m'évoquent, ça résonne dur, je suis impressionnée... puis lire Pagnol aussi, c'est un bel antidote.

    RépondreSupprimer
  5. c'est puissant dis donc....ca me fait reflchir a ce que traverse T en ce moment. Je n'arrive pas a l'aider. Ca m'angoisse....

    RépondreSupprimer
  6. Poignant... et rudement bien écrit!

    RépondreSupprimer
  7. Cher MArius
    nous avons la peur au ventre depuis 3 jours...et pour les mois a venir. Mais nous nous allons devoir la caher, la masquer, ne pas la transmettre, l apprivoiser car il va nous falloir vivre avec. donc l ignorer pour mieux avancer.
    Je t'embrasse et ta maman aussi
    Emma from San Francisco

    RépondreSupprimer
  8. La peur est le propre de l'homme mais si terrible, oui il faut lui trouve des exutoires, certaines tricotent même...

    RépondreSupprimer
  9. tu nous offres une belle leçon, marius,
    à nous adultes, et pourtant si petits devant nos propres peurs !

    RépondreSupprimer
  10. cette photo est magnifique... il lit quoi ? oui je pense que c'est ça, parler avant tout...

    RépondreSupprimer
  11. qu'il est mûr Marius, c'est hallucinant d'arriver à coucher sur le papier ses pensées...

    RépondreSupprimer
  12. Sûr!
    Décrire c'est déjà une chance!

    Ici, c'est une lecture Père-Fils du roman L'or (Cendrars) qui a favorisé l'apaisement de beaucoup de peurs, en gambergeant notamment sur l'idée que la peur est avant tout une création de notre imagination.

    RépondreSupprimer
  13. J'aurais tendance à dire qu'on a souvent peur de ce qu'on ne connait pas (fausse peur) mais dans le cas de Marius, je pense qu'il a peur de ce qu'il connait... Il faudra qu'on en reparle Mu!

    RépondreSupprimer
  14. ça a du quelque peu te remuer...mais comme les autres, je suis sans voix face à tant de maturité dans le discours, tans de finesse dans l'analyse de ce qu'il ressens...petit être d'exception!

    RépondreSupprimer
  15. Quel texte ! Tu peux dire à M que je pense tout comme lui ?

    RépondreSupprimer
  16. il est mûr ton Marius !
    j'aime cette idée d'apprivoiser sa face B.

    RépondreSupprimer
  17. M., 11 ans, écrit sacrément bien... Il y a eu quelques jours de peur panique ici chez les filles; ça se calme tout juste...

    RépondreSupprimer
  18. je suis séchée par le fait qu'il arrive si bien à mettre en mots si jeune, extérioriser c'est déjà en avoir pris conscience et avoir avancer sur le chemin de la face B....
    et puis en tant que lectrice, ça me renvoi à mon vécu, à mes propres peurs, à celles que vivent ceux autour de moi, beaucoup de réflexions donc.

    RépondreSupprimer
  19. Quel texte magnifique ! Tu es un vrai poète Marius, continue à écrire tes peurs tes doutes, tes joies aussi, je suis sure que ça t'aidera , beaucoup !!!

    RépondreSupprimer
  20. mais c'est bien aussi d'avoir peur. ça permet de mesurer, d'avancer sans faire des pas trop grands et de ne pas toujours tomber. C'est parce que nous avons peur que nous sommes des humains. Si on avait qu'une face A, on s'ennuierait non Marius?

    RépondreSupprimer
  21. futur écrivain? Je pensais que c'était le début d'un livre.... waouh!
    (et puis t'es équipée pour les sleep over toi!)

    RépondreSupprimer
  22. Quelle plume pour ce "petit" bonhomme !Pour le reste je vous le drirai par mail

    RépondreSupprimer
  23. Je crois à cette sorte de résilience des enfants "différents" ayant vécus enfant ce qu'ils n'auraient jamais dû vivre et je crois que c'est en s'exprimant de mille manières qu'ils pourront évacuer leur traumatisme et se reconstruire. Il n'y a pas un dessin de Samuel sans blessure sanglante, je l'accepte car c'est sa façon de s'exprimer et de pouvoir, comme tu le dis si bien, vivre avec sa face B qui fait autant partie de lui la A.
    Quelle chance a Marius de savoir s'exprimer d'une si belle manière !

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.