16 mars 2011

Les esclaves


Ce matin, à peine arrivée au bureau et connectée, je recevais des mails d'alerte pour signer cette pétition pour la défense de la médecine naturelle : pétition à voir ici et article explicatif ici.

Si le foie de Marius a été sauvé par la chirurgie, toute les années avant cette opération à haut risque qu'il fallait reculer au maximum, on a soigné son foie et son système immunitaire défaillant avec des médecines naturelles. Phytothérapie pour la détox et la stimulation des défenses, complexes homéo pour le calmer avant ses prises de sang hebdomadaires... Combien de fois les médecins se sont étonnés devant "la robustesse de ce garçon" au ventre tendu par une foie mal irrigué et une rate énorme. La santé de nos proches n'a pas de prix à nos yeux... Aux yeux des labos, la maladie n'est qu'un marché sur lequel il faut faire le plus de bénéfices possibles...

A midi en rejoignant les garçons chez mes parents, je trouvais ma mère et Marius les oreilles collées à la radio. Ma mère en colère et si triste qu'après toutes les pétitions signées contre le nucléaire qu'après Tchernobyl, RIEN n'ai changé. Mon fils me posant mille et une questions sur les conséquences pour le Japon de ce drame qui se joue à cause de la folie de certains puissants : "En 2007, la NISA, l'Agence de sûreté industrielle et nucléaire, avait fait savoir qu'entre 1978 et 2002, 97 incidents, dont 19 jugés "critiques", avaient été dissimulés aux autorités. Ces affaires concernaient les dix compagnies d'électricité japonaise, mais Tepco était la plus critiquée." (source  Le Monde)

Cet après-midi, je suis allée chercher du réconfort chez ma mercière et ce soir je vais tricoter du vert Espérance pour un petit bébé qui vient de naître. Je suis allée chez ma libraire chercher les mots de cet auteur que j'adore Yoko Ogawa, un lien poétique et artistique avec ce pays que j'aime tant. 

Ce soir j'ai fini "La couleur des sentiments" et je ne peux m'empêcher de me dire que nous sommes les esclaves du fric. Esclaves consentants jusqu'à quand ? 


21 commentaires:

  1. Aujourd'hui, j'ai eu du mal à trouver les mots pour dire tout ça. Mais il faut que ça sorte...

    RépondreSupprimer
  2. A se demander si la terre ne tourne pas à l 'envers :-(

    RépondreSupprimer
  3. Un immense n' importe quoi généralisé .. qui glace ! Tu m' offres un thé ?! Je t' embrasse fort

    RépondreSupprimer
  4. Je suis dans le même état d'esprit que toi en ce moment. Le fric mène le monde et le monde est devenu fou...je suis effondrée, triste, en colère, écoeurée...

    RépondreSupprimer
  5. Oh que oui nous sommes des esclaves des sous, nous sommes esclaves des médias, nous sommes esclaves des clichés et des préjugés...

    Je suis très mal face a ce monde qui ne pense qu'au profit, aux bourses et aux benefices. L'argent me dégoute de plus en plus, il enferme, individualise...

    On nous cache encore tant de choses...

    RépondreSupprimer
  6. c'est fait et je fais aussi circuler....

    RépondreSupprimer
  7. Oh oui...je suis entre me décharger dans un billet ou garde tout pour moi
    Je suis en colère
    je suis triste
    je suis mal!

    RépondreSupprimer
  8. Même si je ne trouve pas toujours les mots, je suis dans le même état d'esprit, à la fois pleine d'interrogation et triste, écœurée par la tournure de ce monde.

    RépondreSupprimer
  9. moi aussi, écoeurée en ce moment, on marche sur la tête, il faut garder espoir mais franchement ça paraît perdu d'avance...

    RépondreSupprimer
  10. Ca fait longtemps que je suis votre blog, mais c'est la première fois que je commente, pour vous dire combien je partage vos sentiments. J'ai très peur. Et je me dis qu'il faut rester vigilant face à toutes les couleuvres qu'on voudrait nous faire avaler.
    Je signerai aussi la pétition, puisque chez nous,les medecines alternatives sont la norme!

    RépondreSupprimer
  11. plonger dans la laine et la lecture pour y trouver la douceur que l'actualité est incapable de nous donner ;-(
    (ce vert, mamma mia ! et l'abyssal, tu avances ?)

    RépondreSupprimer
  12. C'est un long chemin que de sortir de l'esclavage...

    RépondreSupprimer
  13. tes mots sont parfaits,je ne peux que partager!

    RépondreSupprimer
  14. Même état d'esprit ici, aussi...
    Quel monde laissons-nous à nos enfants, voilà la question qui me tourmente en regardant mon bébé et ses grands frères...

    RépondreSupprimer
  15. Oh, je suis complètement, totalement en communion avec toi Murielle! Jusqu'à la recherche de ce vert d'espérance.... Je suis aux derniers chapitres de la Couleur des sentiments, qui me garde éveillée bien trop tard... (tu as aimé?) et entre ce roman et l'actualité, dans nos vies trépidantes, on se demande POURQUOI tout ce gâchis...

    De tout coeur avec toi Murielle!!!!

    RépondreSupprimer
  16. J'ai lu ton billet, je suis ensuite allée à Aix et j'ai trouvé le cadeau que je cherchais pour Marius!

    RépondreSupprimer
  17. Je lis quelques romans de Yasushi Inoué : Shirobamba, Kosaku, Nuage garance...des livres sur l'enfance.
    Au Bon Marché j'ai acheté de la laine pour faire un petit pull pour un bébé..bleu glacier, Adèle a pris un gris perle !

    RépondreSupprimer
  18. Je suis d'accord, re d'accord et hyper d'accord avec toi. Ne faiblissons pas, battons-nous autant que nous pouvons, c'est la seule liberté que nous pouvons prendre, la seule façon de ne plus être esclaves!
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  19. Je suis tellement en résonance avec tes mots, j'avais reçu cette pétition ce matin et m'indigne de ce monde qui détruit ce qu'il a de plus précieux, la terre, la vie. Merci de sensibiliser les gens avec tes messages, que ce soit sur le bio, sur la maladie et le fait qu'il y a des médecines autres que l'allopathie pour se soigner, je partage totalement ce que tu exprimes pour le vivre moi même. Merci.

    RépondreSupprimer
  20. Je m'interroge et m'indigne aussi face à ce monde qui dérive, un peu malgré nous même si nous avons aussi notre part de responsabilité! Je pense aux Japonais mais aussi à notre futur, celui de nos enfants, je rêve d'un monde qui ne soit plus dans la démésure mais juste en harmonie!

    RépondreSupprimer
  21. Oui...
    Jusqu'à ce que tous et chacun de nous agissions autrement, ensemble ! Mais c'est d'abord une prise de conscience individuelle pour arriver à des actions communes.
    Quant au combat pour les remèdes naturels, c'est avant tout une affaire de choix et de liberté. La leucémie de Samuel n'aurait pu être traitée avec des plantes, mais certains effets secondaires, oui ! L'homéopathie était là pour traiter ce que ne pouvait pas traiter l'allopathie et c'était bien de savoir que c'était sans effets secondaires. Et cette prise d'homéopathie, c'était notre choix, le reste, non...

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.