21 janv. 2010

A mains nues

Quand j'ai laissé mon commentaire chez Clem aujourd'hui, j'ai réalisé que depuis que j'avais vu Bright Star, les mains m'obsédaient. 
J'aime follement ce film et j'ai été fascinée par les gros plans sur les visages et surtout sur les mains, qui se frôlent, qui se cherchent, qui s'entremêlent, qui se serrent fort... Les mains qui traduisent les sentiments.
J'ai un souvenir assez lointain de la Leçon de piano mais je me souviens aussi des mains d'Harvey Keitel robustes et de celles si fines d'Holly Hunter...




Je vous livre mon commentaire sur notre patrimoine que nous demandait Clem...un peu impudique mais qui traduit l'importance des mains qui m'ont entouré, qui m'entourent. Des mains dont il faut aussi savoir retirer la sienne pour avancer, pour faire son bonheur.


Dans mon patrimoine, il y a beaucoup de mains !
Celles de mon grand-père qui retournaientt la terre de son potager après avoir fait "la classe" et qui me donnaient les meilleures fraises du monde à manger
Celles de ma grand-mère qui savaient coudre des merveilles et danser avec les tissus
Celles de mon autre grand-mère qui pétrissaient la brioche comme personne avec des pralines ou du saucisson ;-) 
Celles de ma nourrice en Algérie, des mains qui frappent la musique, qui égrennent la semoule, qui attrapent les lézards sans leur arracher la queue
Celles de ma mère, ce n'est pas descriptible les mains d'une mère, ça vous porte tellement et pourtant il faut apprendre à vivre sans pour avancer
Celles de mon père, toujours en mouvement qui nous ont aidé à construire notre maison
Quand je tiens la main de mes enfants je pense parfois à toutes celles-là, à leur empreinte sur moi...


A cette liste de mains il faut rajouter celles de Mister Wood sans lesquelles je ne suis qu'une fille perdue dans la lande...

34 commentaires:

  1. C'ets super jolie ton récit de mains… Je suis toute émue.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu ce commentaire cet après-midi et j'allais te dire que ça méritait un billet!
    Tout est dit et si bien dit...

    RépondreSupprimer
  3. oh non, pas impudique même s'il te dévoile un peu, c'est avec pudeur, presque comme une caresse...

    RépondreSupprimer
  4. Les mains m'ont toujours touchées aussi...et le gros serrement de coeur c'est de voir vieillir les mains que j'aime et ma grande joie de sentir les toutes petites mains dans les miennes...

    RépondreSupprimer
  5. La beauté des tes mots et cette chanson en filigrane ... magique et touchant !

    RépondreSupprimer
  6. Moi ça me rappelle dans l'amant quand il lui prend la main dans la voiture!

    RépondreSupprimer
  7. j'aime le terme "fille perdue dans la lande". toi aussi tu as été petite en Algérie ? (de ma nourrice, je me souviens que j'avais l'impression qu'elle "tissait" des gâteaux au miel magnifiques.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai adoré ce film.
    Et j'aime les mains qui se touchent, pas celles qui se séparent.

    RépondreSupprimer
  9. Heureux celui qui t'a trouvée ;-)
    T'as vu "PS: I love you"???

    RépondreSupprimer
  10. que j'aime tes souvenirs sur les mains et ta phrase qui m'a émut le plus sur les mains de maman....
    je savoure pour ma part les "encore" petites mains dans ma main
    quand au film de jane campion je rêve de le voir! là c'est dit ;)

    RépondreSupprimer
  11. Trè beau.

    Les mains occupent le plus d'espace dans notre cerveau, intéressant non?

    La main est un symbole si fort... J'ai revu justement La leçon de piano il y a peu et c'est toujours aussi émouvant.

    RépondreSupprimer
  12. ahhh vraiment vraiment , il me faut aller le voir ce film , j'en ^rêve , surtout après ces mots magnifiques !

    RépondreSupprimer
  13. Ah Murielle il est beau, très beau et tendre ce message, et tellement imagé. Merci vraiment. et j'aime beaucoup aussi la conclusion ;)

    RépondreSupprimer
  14. Et en le relisant encore et encore, je sens presque un petit parfum de fleurs d'orangers. et tu sais, je ne suis presque pas étonnée de découvrir que tu as passé une partie de ton enfance en Algérie. Peut être .. qu'il se dégage quelque chose de particulier aussi, des liens qui le laissaient présager..

    RépondreSupprimer
  15. Elles sont touchantes tes histoires de mains, et en même temps il est vrai que les liens, les souvenirs qu'elles représentent sont immenses...

    RépondreSupprimer
  16. Elles sont touchantes tes histoires de mains, et en même temps il est vrai que les liens, les souvenirs qu'elles représentent sont immenses...

    RépondreSupprimer
  17. Que dire après ça? Merci pour ce beau texte. J'attache aussi beaucoup d'importance aux liens "tissés" avec les mains!

    RépondreSupprimer
  18. Je viens de faire une mosaïque sur les photos de Gisèle Freunde...justement des portraits avec des mains qui cachent, cernent, vivent.
    Merci pour le billet d'hier, je suis heureuse que le livre te plaise.
    Bon week-end.

    RépondreSupprimer
  19. C'est vrai ce que dit Clem sur l'Algérie!
    ça ne m'a pas étonnée non plus... Y a comme un truc...!
    (Tiens au fait, dans le dernier CVF il y a une recette de chorba bien tentante...)

    RépondreSupprimer
  20. Quand j'ai lu ton message, la première phrase, j'ai tout de suite rétorqué, in peto, "oh moi c'est la leçon de piano qui m'a fait cet effet, je m'en souviens très bien !".
    Mais je n'ai pas encore vu Bright Star...

    Mains... quand j'étais petite, il paraît que je dessinais ma mère avec des mains énormes. Ma mère en était effraée, elle voyait les mains punitrices pleines de fessées... Alors que, si je ne me souviens pas des fessées, je me souviens très bien de ma fascination pour les mains de ma mère. Des mains qui savent tout faire, tout, des mains qui caressent, des mains qui limitent, des mains qui font, et qui refont, des mains qui voltigent, des mains qui hésitent, des mains qui balbutient...Les mains de ma mère. Elles ont porté mon univers.

    Comme je m'y retrouve dans ton billet. Cette vue sur ton patrimoine me replonge dans mes racines, avec douceur. C'est bon. Merci.

    RépondreSupprimer
  21. J'ai aussi très envie de voir ce film, sauf que j'ai peur de ne rien comprendre aux passages de poésie anglaise. Tu l'as vu en vf?

    J'adorais enlever les écailles séchées sur les mains de ma grand-mère, puis de mon père quand ils rentraient de la poissonnerie. Elles délimitaient juste une zone brillante aux contours rugueux, il fallait les faire sauter du bout de l'ongle pour retrouver la douceur de la peau et une petite bulle, comme une cloque en attendant que l'auréole un peu rose disparaisse...
    J'aimais bien, mes mains qui s'occupaient des leurs...
    Elles ont raison, il est joli ton post

    RépondreSupprimer
  22. J'ai une passion pour les mains. Elles en disent tant. Merci pour ce très beau billet.

    RépondreSupprimer
  23. c'est drôle j'ai cette même obsession, depuis peu... (sans avoir vu le film). j'aime énormément tes mots...

    RépondreSupprimer
  24. quelle belle description des mains qui t ont été tendues

    RépondreSupprimer
  25. Justesse de tes mots.
    Oui, juste, c'est le mot.
    J'applaudis...
    Céline

    RépondreSupprimer
  26. jolie description et souvenirs de mains,d'hier, d'aujourd'hui ou de demain. Avec ce film j'ai voulu revoir la leçon de piano ms les émotions n'étaient pas les mêmes.:-)

    RépondreSupprimer
  27. Billet très beau et émouvant .

    RépondreSupprimer
  28. je ne le trouve pas impudique du tout ton témoignage
    je le trouve sensible et touchant
    et de ces mots transparaît une jolie personne ;-)
    mais bon, c'est juste une confirmation ~~

    RépondreSupprimer
  29. un bien jolie lecture que tu nous offre là, ton hommage aux mains de ta famille est vraiment émouvant !

    RépondreSupprimer
  30. J'aime les blogs pour ces petits moments d'éblouissement. Ton commentaire sur les mains est remarquablement fin et bien senti. Je ne sais pas si tu t'en rends compte, mais il y a énormément d'humanité en toi Murielle. Tu dis les choses simplement et généreusement. C'est un plaisir de te lire...

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.