29 oct. 2009

Humeurs vagabondes








Il y a des matins sans enfant à déposer où je peux prendre une autre route pour aller travailler. 
Une route qui coupe la forêt, descend vers les vignes et longe les étangs et les trains chargés...
Des matins, rares, où je peux choisir d'écouter de la musique pour me réveiller, des infos pour me donner la migraine ou des chants de prière. 
En écoutant les voix s'élever dans ma voiture, en regardant les paysages défilés, mon esprit vagabonde...
Saute des amis à inviter, aux idées de couture et de recettes, aux listes des choses à faire pour que chacun ait un cadeau "home made" pour Noël... 
Mon esprit s'arrête aussi sur des colonnes de chiffres, des décisions à prendre, des comptes et des calculs...
Mon esprit m'énerve...
N'est il capable que de ça pour aider mon alter-ego à voir l'horizon dans ce brouillard opaque ? 
Ne peut-il rien proposer de mieux que de faire et de refaire des lignes sur un carnet de commandes vide ?
Mes mains savent caresser, bercer, apaiser, mes bras envelopper, mon coeur écouter 
Et là mon esprit ne saurait que compter ?
Les trains se chargent. Les oiseaux volent au dessus de l'étang.
Les soeurs ont fini de chanter.
Il me faut grandir encore, affronter les peurs d'un demain plus incertain.
J'écoute la voix qui me dit qu'Il est là pour m'aider sur ce chemin.
J'écoute ma voix qui dit "Aie confiance" 
Sur le sol du parking, des flèches dans les deux sens, 
Dans un sens ou dans l'autre, on finit par sortir...