13 janv. 2009

Mes pyjamas "japonais"

Je les avais cherchés partout ces pyjamas "kimono" si pratiques dans les jours à venir. Ils étaient arrivés gris clair et tristounets dans leur emballage plastique. Impossible d'imaginer Marius dedans, pas le temps non plus d'en faire coudre. Alors j'ai emprunté ce qu'entre vous vous nommez une M.A.C. Il était arrivé le jour de ma première rencontre avec cet objet dont je vois sortir tant de merveilles ailleurs. Loin de moi l'idée d'un patron Citronille ou d'un nom de code japonais, je voulais juste rendre ces affreux pyjamas plus gais. Ruben m'a accompagné chez le marchand de rubans ; avec les coudières de Linnamorata du orange serait joli. Me voici donc enfilant ma première canette, suivant les explications du guide pour passer le fil à travers les méandres qui mènent jusqu'à l'aiguille, je descends, je monte la manette et mon pied presse la pédale. Pas assez vite au début, puis de façon saccadée...et tout à coup...je me sens grisée par la vitesse et mon coeur s'affole ! Attention à piquer droit, attention aux bords, attention aux tournants dans les genoux, attention mes doigts ! Ne faire plus qu'un avec le tissu qui file et mon pied qui essaye de trouver la juste mesure. Alors ce n'est pas du Citronille, ni du patron japonais, mais cette petite couture m'a rendue joyeuse. Il est peut-être là le secret...