8 oct. 2009

La femme orchestre



A l'invitation d'Isabelle...je vous livre mon quotidien de femme orchestre...  


Pour être de bonne humeur pour la répétition générale du matin, la femme orchestre se lève une heure avant tout le monde pour prendre son petit déjeuner sans avoir à parler et sa douche sans avoir à crier...et puis aussi écouter les chroniques qu'elle a podcastées la vieille et lire quelques pages d'un magazine...
Elle prépare la nourriture des hommes de la maison et c'est seulement après qu'elle va les réveiller une heure avant de partir à l'école et au travail. Car les enfants de la femme orchestre n'ont pas hérité de son métronome dans le ventre, ils ont pris du côté paternel : ils ont le gêne espagnol du matin...jamais d'action avant 10 heures... ;-) le matin c'est pas pour eux, se dépêcher... c'est un gros mot.


Mais la femme orchestre est déjà loin, elle vide un lave-vaisselle, elle étend une lessive, elle fait les lits, elle se maquille,  elle vérifie si les enfants débarrassent bien la table (sinon elle sort son trombone à piston...) et elle attrape Pad pour monter l'habiller et rappelle au grand sur un air de Wagner : "qu'il faut vraiment se dépêcher ! et laisse tomber ce livre... non on ne lit pas en montant les escaliers ni en s'habillant !!!"


Dans la voiture qui les conduit à travers les routes de campagne, la femme orchestre et ses enfants chantent, récitent des tables ou écoutent France Musique, la radio préf. de préf. de Marius.


Arrivée dans son cher "open space", la femme orchestre réalise que ça fait déjà 3 heures qu'elle est en scène et que le temps de l'entracte et du café a sonné (le café un litre...).


Une fois par mois (ça tombe bien c'était mardi), la femme orchestre transforme ses enfants en "enfants orchestre" pour partir chez leur papi-maminou afin de souffler une soirée, de voir un film, de manger avec Monsieur... de continuer d'être une mère "suffisamment bonne" jusqu'à la prochaine fois. Sur la photo, Marius incarne à merveille le sens aigu d'anticipation de sa mère. Il porte son cartable (avec son ticket de cantine), son sac de sport (avec une paire de chaussettes propres), son sac de solfège pour le mercredi (avec un crayon HB taillé) et son violoncelle pour répéter ses morceaux sous l'oeil admiratif de ses grand-parents. Ses chaussures ont été cirées la vielle au soir par son père, chef des shoes dans cette maison.


Une fois par moi, la femme orchestre s'avachit donc dans un fauteuil de cinéma à côté de son chéri et se laisse à penser que la musique de sa vie, même si le tempo est trop rapide, même si ça fait des couacs, même s'il faut répéter et répéter encore pour progresser... elle l'aime car justement il est en mouvement permanent.


Et aujourd'hui, la femme orchestre a pris le temps de noter sur son carnet offert par son amie Agathe les bonheurs simples de sa vie : Pad n'a pas pleuré pour aller à l'école depuis trois jours et Marius a réussi à courir 22 minutes d'affiler en endurance et il est super fier. Anticiper, planifier, noter, c'est aussi une façon de s'organiser pour dégager du temps pour autre chose : pour les gros cailloux de ma vie.

28 commentaires:

  1. Décidemment je ne suis pas musicienne pour un sou!
    Et je dois avoir quelque chose d'un brin espagnol dans mon génome!

    J'admire et me plait à croire qu'un jour( quand je serai grande) je ferai tout comme toi, tout bien organisé, minuté, sans fausse note!(peut-être que je devrais aussi aller au solfège...)

    RépondreSupprimer
  2. @ Arts de vivres : mais si justement des fausses notes il y en a plein (tu sais je le dis à la fin...) sinon c'est pas drôle !

    RépondreSupprimer
  3. ce que tu appelles des fausses notes c'est quand tout roule chez nous! Le matin, c'est cauchemard.Sisi je te jure!

    RépondreSupprimer
  4. Tu me crois si je te dis qu'ici on a tous le gène espagnol ?
    Non, je mens: Grand Douze se prend drôlement en charge, ce qui tombe plutôt bien, c'est lui qui commence le plus tôt !
    Se lever une heure avant tout le monde volontairement ? Oui, deux fois dans l'année,le 2 septembre et le 5 janvier. Après je transforme mes résolutions en velléités ! Disons que 20 minutes et un marathon suffisent pour le tandem linge-vaisselle, et après ça s'empile comme ça peut,plutôt dans la joie et la bonne humeur. Et toujours en tête cette chanson de Kravitz "'cause I'm always on the ruuuuuun"

    RépondreSupprimer
  5. Je fonctionne plus ou moins comme toi, comme Agahte...finalement il n'y a pas trop de secret;)

    RépondreSupprimer
  6. je suis incapable de me lever 1 h plus tôt que tout le monde et pourtant que j'aime mon petit déj' en silence! Ma grande de 8 ans est la 1ère levée, c'est elle qui vient me réveiller(la honte!), elle se prend en charge toute seule. Moi comme une zombie, je file sous la douche, je vais préparer le petit déj', tout est déjà sur la table, je remonte réveiller le petit, qui s'habille aussi tout seul quand l'humeur est bonne (1 jour sur 2!), à 8h13, la grande file au pédibus au bout de la rue, ça me laisse 1/4h pour "finir" le petit et aller à l'école à pied. je rentre, je bois 1 café, je surfe un peu, et je repars au boulot.

    RépondreSupprimer
  7. Wouah, je suis admirative à la fin de la lecture de ce billet...
    Se lever une heure avant les autres, je pense que là est le secret de la bonne organisation..;
    mais j'y arrive paaaas !
    Bravo à tes gus pour leurs exploits !

    RépondreSupprimer
  8. ... j'adore la photo ! ça fait du bien finalement d'arriver au bureau ;-)

    RépondreSupprimer
  9. J' aime la touche d' Amitié qui scelle le tempo ..
    La musique est un peu similaire par ici ...MAis ton post donne envie de poser sa vie avec des mots!!

    RépondreSupprimer
  10. C'est comme à la maison, sauf que je crois bien que le gêne espagnol, c'est moi qui l'ai recupéré, j'ai du mal à me lever plus tôt. Mais, une fois le pied posé parterre, c'est parti jusqu'au soir. C'est la même musique : lessive, courses, cuisine, courrier, travail, trajets orthodontiste, poney, organisation de la vie sociale, associative...Sauf que Monsieur participe é-nor-mé-ment (enfin pour un homme !), et qu'il y a qu'une Douçette à la maison !
    Epuisant, mais riche. Pense au jour de notre retraite, ou au départ des enfants...On regrettera tout ça.

    RépondreSupprimer
  11. ton post dégage beaucoup de sérénité dans ce vrombissement du matin.

    RépondreSupprimer
  12. Quelle idée géniale de se lever avant tout le monde pour prendre le temps, SON temps, avec petit déjeuner et douche tranquillou...
    C'est "the" solution pour ne pas partir de la maison à moitié maquillée, les lits encore défaits, et l'humeur déjà en pointillée.
    J'aime bien savoir comment ça se passe chez les autres, dans l'organisation du quotidien. Et se lever 1 heure plus tôt, je n'y avais pas pensé... peut-être parce que j'en suis incapable ? Je vais tenter de le vérifier...
    Bises à toi et à ta jolie troupe...

    RépondreSupprimer
  13. j'aimerais avoir ton courage : me lever une heure plus tôt que tout le monde... mais je n'y arrive pas!!
    j'aime bien ton texte.

    RépondreSupprimer
  14. Moi non plus, je n'arrive pas à sortir de mon lit plus tôt... Chaque minute au chaud est une minute de gagnée... sur quoi, je ne sais pas mais c'est comme ça.
    C'est drôle parce que moi aussi, j'ai un cahier de petits bonheurs. Je suis tellement contente que ton petit carnet serve à ça!

    RépondreSupprimer
  15. Je suis en totale admiration ...
    Je n'en fais pas le quart, malgré mes bonnes résolutions, je me lève à la dernière minute, les enfants partent à l'école pas coiffés, je suis toujours en retard, je cuisine des surgelés, je suis à l'ouest... pff, je suis vraiment nulle !
    Heureusement que ça existe des comme toi pour me dire "Lisa, bouge-toi", allez je file étendre une lessive...
    bisous ma belle

    RépondreSupprimer
  16. Que j'aime ton titre! C'est tellement vrai... merci de ta participation.

    Et si on ne peut empêcher les fausses notes, l'important c'est que l'ensemble soit harmonieux!

    J'admire cependant que tu te lèves 2 h plus tôt, chapeau!

    RépondreSupprimer
  17. moi aussi je me leve une heure avant tout le monde, plaisir du calme avant la tempete....un oeil sur tout deux yeux derrier la tete, et ici c'est "non, on ne lit pas en se brossant les dents !!!" depuis ce bout du monde, amities...

    www.d-un-bout-du-,omde-a-l-autre.com

    RépondreSupprimer
  18. J'aime ton idée de la femme orchestre, j'aime comme tu traverses la tornade matinale tout en restant zen.

    RépondreSupprimer
  19. femme orchestre... ça me plait bien ça comme nom... comme toi je suis généralement levée la première pour profiter du calme ... avant la tempete.. sauf que comme je n accompagne plus les enfants ( sauf le lundi) et bien je bouge, range accueille et prépare les loulous jusqu à une certaine heure... ensuite Monsieur chameau pret ou pas ( il devait etre espagnol dans une autre vie) prend la relève...pendant que je file profiter d une semi liberté au boulot... retour avant la sortie pour fire ménage, gouter et diner et des fois quand je peux aller courir... je me douche et hop on repart à l école chercher les loulous et la commencela journée/ soirée maman..
    bravo à toi chef d orchestre...une question: comment poscasts tu ? ( oups j ai honte je ne sais pas le faire!!)bises

    RépondreSupprimer
  20. oups j ai oublié de signer.. l anonyme c est moi
    pascaline

    pascalinel@hotmail.com

    RépondreSupprimer
  21. Hum toute ressemblance...
    Bon moi je collectionne un peu les grain de sable au detriment de mes caillaux en ce moment... Pourvu que cela passe bon week end

    RépondreSupprimer
  22. Mes enfants sonts grands ...le stress disparait avec l'âge...peut-être!!! Merci pour le petit mot, bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  23. Pfffiou jsuis crevée après ce post ;-)
    Moi aussi jdois être de la même famille que tes hommes, les espagnols ;-)

    RépondreSupprimer
  24. comme toi, je me ève beaucoup plus tôt et cette heure rien que pour moi m'est vitale.

    RépondreSupprimer
  25. @ toutes : C'est drôle de voir les gênes espagnols d'un côté et les filles matinales de l'autre... Je ne sais pas si je suis matinale ou si j'ai " du courage"...Mais je ne mérite en aucune façon toute forme d'admiration ;-)) En fait j'ai un besoin impétueux d'avoir du temps pour moi au calme, le soir comme le matin. Je rattrape ce manque de sommeil le week end... C'est une fois ce rituel passé que je suis disponible pour mes enfants... Et comme je rentre au mieux vers 18 h 30, il faut m'organiser le matin pour assurer le coup de feu du soir. Un autre débat ;-)

    @ Parciparla : merci à toi pour cette idée qui nous permet d'échanger et de voir comment ça se passe chez les autres !

    @ Pascaline : je podcaste les émissions de Radio France en allant directement sur leurs sites...C'est assez clair, il suffit de t'inscrire et de choisir les émissions.

    @ Agathe : c'est en lisant l'idée ton blog que l'idée s'est imposée...ton carnet était destiné !

    RépondreSupprimer
  26. Tiens, je n'avais rien dit là-dessus, moi?... J'ai dû penser mais pas écrire: que c'est à peu près le contraire chez moi... Me lever plus tôt, c'est impossible, et pourtant... on doit l'apprécier, cette heure!

    RépondreSupprimer
  27. voilà un joli billet dans lequel on se rejoint sur certains points. ici on aimait écouter les contes de veronqiue sauger sur le chemin du retour (sur France musique avant les garndes vacances) maintenant ça passe en milieu de nuit hélas.

    RépondreSupprimer
  28. Comme toi (et les autres finalement), je me lève plus tôt. Bien souvent, je ne suis pas seule car Bambinot se réveille tôt lui aussi alors il m'accompagne et joue à côté de moi pendant la douche et la préparation du déjeuner. Et parfois, je me lève trente minutes encore plus tôt et je couds un peu, je lis, c'est comme des instants volés à la course des journées, des instants pleins dans la maison endormie.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.