9 avr. 2009

A mon poignet

Pour Azélie, dont j'aime beaucoup l'univers, voici l'objet de mon enfance en Algérie.
Mes parents n'ont pas ramené beaucoup de jouets, ils ont choisi de faire traverser nos livres et nos meubles. Ce bracelet kabyle, je me souviens l'avoir toujours vu, soit au poignet de ma mère, soit dans sa boîte à bijoux avec un autre plus long encore qui se mettait autour du bras. Son poids, ses couleurs, son système d'ouverture m'ont toujours attiré. J'ai joué des heures à faire glisser la tige de fer dans ses gonds pour l'ouvrir et le mettre à mon petit poignet.
A la naissance de mon premier soleil, ma mère me l'a offert.
Il est mon attachement à ce pays,
Il est le souvenir d'une enfance heureuse,
Il est l'amour d'une mère.



Rachid Taha est d'origine kabyle, le peuple des résistants. 
Aujourd'hui les algériens sont allés voter.


Découvrez Rachid Taha!

16 commentaires:

  1. C'est un texte magnifiquement écrit. J'aime bien cette idée : quand un objet condense une histoire personnelle, une appartenance sociale, une identité, etc.

    RépondreSupprimer
  2. un très bel objet, riche en apparence, mais que ...

    RépondreSupprimer
  3. Ce bracelet est magnifique et tout ce qu'il représente pour toi est un trésor qui n'a pas de prix!

    RépondreSupprimer
  4. ... Et il est magnifique !
    voila aussi une anecdote à partager : l'école primaire à laquelle j'ai été, c'était celle du village. Il y avait deux familles d'origine algérienne, on les disait cousines. Linda et Lilia ont donc fait toute leur scolarité avec moi. Ils rentraient une fois par an, au pays, n'oubliant jamais de ramener un cadeau pour moi, même si les filles n'étaient pas mes plus proches copines.
    Le bracelet en métal, que le papa de Linda a ramené un jour pour moi est encore quelque part, un peu négligé mais toujours présent, pas perdu dans les limbes, et s'il est moins beau que celui de ta maman, il n'en demeure pas moins un objet qui a longtemps été un sytère, surtout son système d'ouverture et sa chainette. Oui, mon bracelet algérien, j'y tiens. Et ou est il d'ailleurs ?

    RépondreSupprimer
  5. Quel trésor, il est magnifique autant pour son histoire que sa beauté. Ton texte est lui aussi très beau.
    Merci pour ta participation, j'aime aussi beaucoup ton univers.

    RépondreSupprimer
  6. très beau souvenir dans tous les sens

    RépondreSupprimer
  7. que joli billet ... beau et doux comme l'amour d'une mère

    RépondreSupprimer
  8. kabyle
    ni arabe ni musulman
    kabyle
    libre
    ou tentant de l'être
    dans ce si beau pays
    Algérie

    RépondreSupprimer
  9. FFFfffff…
    Cela donne un joli frisson ce que tu partages avec nous.
    Ce bijou est un vrai BIJOU ! Un bijou de famille !
    Quelle cahnce.

    RépondreSupprimer
  10. Un joli souvenir joliment évoqué.
    Ce bracelet est superbe.
    J'aime aussi Rachid Taha

    RépondreSupprimer
  11. C'est bien ça un vrai bijou: ça rend beau dedans et dehors.

    RépondreSupprimer
  12. Ce bracelet est magnifique et très raffiné, plein de couleurs tout comme j'aime !
    Et j'adore cette chanson qui me rappelle la soirée de mon mariage avec mister bambino!

    RépondreSupprimer
  13. Mon père a vécu les trente premières années de sa vie en Algérie. Il est arrivé en France en 1962... Toute ma jeunesse, lors des réunions familiales, j'ai entendu mes oncles parler pendant des heures de leur vie algérienne. Il leur fallait partager le souvenir, et faire revivre des moments précieux, vécus dans un pays où ils ne sont jamais retournés.
    J'ai toujours eu envie d'aller visiter l'Algérie, et l'une de mes meilleures amies, kabyle, y est allée pour la semaine, avec la consigne de me ramener des photos...
    J'aime le parfum de ton enfance...

    RépondreSupprimer
  14. J' ai un Papa né là bas ...c' est fou l' attachemetn qu' il a cette terre ..alors je comprends aisémen tque cet objet te soit si cher !!

    RépondreSupprimer
  15. Il y a tant dans un si petit objet... Ils suffit de fermer les yeux pour se rappeler.
    Majid a de beaux souvenirs de vacances en Algérie (il est arrivé en France a 3 ans, n'y est retourné ensuite que l'été) mais d'autres pensées plus douloureuses aussi... Un rapport compliqué de son père avec la France (son père a été torturé et emprisonné pendant la guerre d'Algérie pour avoir donné de l'argent au FLN), un agacement quand il entend des kabyles dire qu'ils ne sont pas arabes (un peu comme les Corses chez nous ;-) )...
    Je ne sais pas si nous ferons un jour ce voyage en Algérie, peut-être avec les enfants qui lui réclament beaucoup !!!
    Je t'embrasse, ma soeur !
    Alexandra

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.