3 janv. 2009

Les voisins du chemin


Il y a presque deux ans que nous avons quitté un des villages les plus renommés du département (pour ses vins et ses églises) pour le haut d'une colline perchée au-dessus d'une vallée. Des dix années passées dans ce très chic village, il ne reste pas beaucoup de souvenirs d'échanges et d'amitié. Les maisons y sont très belles mais protégées par de très grands murs et de hauts portails en fer forgé (ils font le concours non officiel du portail le plus cher, je crois...). Nous, on habitait la petite maison vers la plus vieille des églises, celle perdue dans les vignes, sans défense. Celle dans laquelle venaient de nombreux amis mais jamais à pied, jamais du village. 
Ils sont partis tout à l'heure, nos "nouveaux" voisins, après un apéritif un peu prolongé. Les voisins du chemin, déroutés au début par la construction de notre maison en bois au si hautes fenêtres. Tous nous ont accueilli avec bienveillance. Je n'avais jamais imaginé rencontrer autant de gens créatifs et voyageurs dans un aussi petit chemin. Ici, les maisons ne sont pas entourées de remparts, les enfants jouent ensemble, on se donne des conseils de jardiniers - amateurs nous concernant ;-) et certains soirs c'est avec un grand plaisir que nous accueillons nos amis venus à pied !

4 commentaires:

  1. Comme je te comprends ! Nous avons quitté un quartier soit disant sympa mais en fait plein de bobos branchouilles pour un quatier qu'on nous disait huppé. En fait c'est là qu'on s'est fait des amis chez qui on va prendre l'apéro à pieds, et heureusement d'ailleurs...car on en sort rarement frais...Comme quoi !

    RépondreSupprimer
  2. je ne suis jamais avertie par Bloglines des nouveaux billets chez toi....va falloir que j'étudie ça!!!
    le plaisir d'avoir trouvé sa place, et d'être entouré c'est essentiel!!!

    RépondreSupprimer
  3. ca me rappelle cette famille qui a choisi d'élire domicile au milieu des villages ruraux, ouvriers, ceux des "petites gens", laissant les cadres sup s'époumoner en piscines et voitures rutilantes sur l'autre versant de la vallée. Oh bien sur, ce n'est pas toujours facile mais j'aime ce choix, il me ressemble plus ... Et nous aussi, on va s'invite au thé ou à l'apéro, au détour d'une balade. Le vin de noix est, bien sur, fait maison.

    RépondreSupprimer
  4. Anne : c'est vrai qu'il est agréable votre quartier et puis ces soirées sans télé tous au troquet du coin ça marche aussi l'hiver ?

    Silo : Aïe, aïe la technique bloglines, je ne maîtrise pas encore. Difficile de t'aider. Merci pour ton passage ici.

    Sécotine : Ici c'est plutôt Haute-Côte de Nuits Saint Georges Blanc... fait par un ami avec passion et sans sulfate !

    RépondreSupprimer

Merci beaucoup à vous qui passez par là et qui prenez le temps de laisser un commentaire.